Reprendre la forme - Étienne Dastou
Étienne Dastou

Étudiant en théologie, la quête de ma spiritualité n’est pas mon unique passion: je suis aussi un grand fan de la technologie. C’est pourquoi – en plus de mes études - j’agis aussi comme programmeur à temps partiel dans une agence. C’est une façon pour moi d’être en contact avec le futur. Dans ce blogue, vous aurez sûrement l’occasion de me lire: parlant de mon travail ou de ces livres interminables que je suis en train d’apprendre.

Reprendre la forme

Reprendre la forme - Étienne Dastou

J’avais trouvé une solution incroyable pour maigrir rapidement. Après, pour ne pas reprendre de poids, car j’avais retrouvé l’envie de garder la forme, je recommençais à m’entretenir physiquement en faisant du sport. Tous les jours, je me mis à pratiquer une gymnastique simple et efficace. D’une durée très réduite, mais d’une intensité maximale, ces séances m’avaient été recommandées par un ami. En retrouvant cette énergie, je me mis aussi à l’art de l’ikebana. J’avais vu que des cours étaient dispensés par un professeur que je connaissais. J’avais fait quelques recherches sur lui, et il avait écrit des ouvrages sur l’art floral japonais. J’avais commandé un de ses livres et j’avais été passionné par cette lecture accessible à un débutant, comme je l’étais. L’intérêt de cette pratique réside dans l’harmonie qui se dégage du bouquet et qui correspond à un état de bien-être intérieur. Pour commencer à faire des compositions, je devais acquérir du matériel.

Des pots en terre cuite vernie, de la mousse et un bon sécateur sont les outils indispensables pour commencer. Bien sûr, le plus important est de cueillir des végétaux. Comme j’ai un jardin fourni, ma femme s’entendant à faire pousser les végétaux de façon admirable, je me servis des bambous bicolores, des branches de saule tortueux, des fleurs de cerisiers, doubles ou simples, pour réaliser mes compositions. L’orientation des branches et des fleurs est capitale pour réaliser un bouquet bien fait. Cet équilibre entre le plein et le vide est au centre de la philosophie qui va avec cet art. Je m’étais donc bien préparé à mes premières séances, et je fus très heureux de constater que le maître était humble, très à l’écoute de nos questions et de nos suggestions.

Ce fut ma femme qui fut contente de voir les progrès que j’avais accomplis. Dans notre maison, de nombreuses compositions de feuillages, branches et fleurs étaient présentes. Je m’étais aussi servi des notions que j’ai acquises en feng shui pour disposer les bouquets conformément à l’énergie qui circule dans une habitation. Voir ces bouquets décida ma femme à essayer. Ses compositions étaient d’une si grande beauté que je les ai mises en ligne sur notre réseau social préféré. Les commentaires très élogieux ne tardèrent pas et quelques personnes nous contactèrent pour des événements. Ils voulaient absolument que ma femme leur fasse quelques bouquets dans son style inimitable pour décorer un mariage, une fête de fin d’année dans une entreprise, ou encore un anniversaire.