Ma rencontre avec la femme de ma vie - Étienne Dastou
Étienne Dastou

Étudiant en théologie, la quête de ma spiritualité n’est pas mon unique passion: je suis aussi un grand fan de la technologie. C’est pourquoi – en plus de mes études - j’agis aussi comme programmeur à temps partiel dans une agence. C’est une façon pour moi d’être en contact avec le futur. Dans ce blogue, vous aurez sûrement l’occasion de me lire: parlant de mon travail ou de ces livres interminables que je suis en train d’apprendre.

Ma rencontre avec la femme de ma vie

Ma rencontre avec la femme de ma vie - Étienne Dastou

Le plus beau jour de ma vie, c’était sans aucun doute le jour de mon mariage. Le bonheur est souvent tout à côté de nous, mais on fait semblant de ne pas le saisir et de l’ignorer. Pour moi, une nuit d’été, je n’ai pas laissé ma chance passée. Cette nuit-là, j’étais de passage chez un oncle, à la campagne. J’étais resté un peu tard, vu qu’il vivait seul, qu’il se faisait vieux et que je lui ai rendu visite après la sortie du bureau. Je ne suis donc rentré chez moi que tard dans la nuit. Comme d’habitude, après le travail, je marche jusqu’à chez moi. En effet, être enfermé 8h d’affilées dans son bureau, assis sur une chaise, n’est pas très bon pour la santé. Donc, la voiture ne me sert que pour les sorties en weekend. Bref, en rentrant chez moi, je balance un peu le cartable qui m’accompagne en tout temps. Je passe devant un parc, fermé pour la nuit, bien sûr et je passe également devant le café du coin qui normalement devait être fermé à cette heure. Je regarde un peu sur la devanture, tout est éteint, sauf l’enseigne qui d’habitude, l’est également. Et voilà que j’entends un bruit de grincement et de claquement de porte. Je fais le tour pour voir, car le propriétaire est quand même une bonne connaissance, et voilà que j’aperçois une jolie demoiselle. Elle avait des soucis avec la porte de derrière. J’ai demandé, « puis-je vous aider ? » Elle m’a répondu « s’il vous plaît, oui… J’ai des problèmes à fermer ! Je suis la nouvelle caissière et je me charge de la fermeture tous les soirs. Et comme je débute, je n’arrive pas à bien barrer la porte » Souriant un peu, j’ai aidé cette pauvre demoiselle. C’était aussi une occasion pour moi de lui demander si je pouvais la raccompagner. Ce qu’elle accepta.  Elle habitait non loin du café, mais cela nous a permis de nous connaître, et de nous rapprocher. Elle était encore étudiante en dernière année dans une école de gestion du patrimoine et suivait les cours le matin et l’après-midi, se chargeait de la caisse du café. Le lendemain, j’ai fait en sorte de repasser dans le coin, et par ironie, ce jour-là, je l’ai invité à « prendre un café ». Ce qui l’a fait rire. Mais elle dévia ma proposition et me dit : « Et si on se donnait rendez-vous pour dîner ensemble entre midi et quatorze heures ? » J’ai dit que cela me convenait et de fil en aiguille, on est sorti ensemble. Des sorties qui qu’on a scellé deux ans plus tard, devant Monsieur le Curé, pour un engagement de notre amour devant famille et amis.